Go up

This site uses cookies to improve your browsing experience. By browsing the site you agree to Our privacy policy.

Ok
Lichtenstein

Le célèbre artiste peintre Roy Lichtenstein fait partie, avec Andy Warhol, des figures les plus emblématiques du pop art. Ses sources d’inspiration principales comptent la publicité populaire, les techniques dérivées de l’imprimerie bon marché et les bandes dessinées de son époque, notamment les comics.

 

Sa vie

Roy Lichtenstein naît en 1923 à New York, aux Etats-Unis, dans une famille juive de classe moyenne. Son attirance précoce pour le dessin le pousse à suivre des cours à l’Art Students League of New York. Il entame des études de dessin industriel en 1940, mais l’armée l’appelle trois ans plus tard en tant qu’officier.

Il est alors envoyé en Europe, où il profite de ses permissions pour visiter les musées de Paris et Londres.

Il regagne sa ville natale en 1946, reprend ses études et suit notamment les cours d’un certain Hoyt L. Sherman. Cet artiste aura une grande influence sur Roy dans sa carrière future, tout comme l’artiste Allan Kaprow, considéré comme le père du « Happening », c’est-à-dire des performances artistiques éphémères.

Le jeune homme devient par la suite professeur de dessin dans les universités d’Oswego, puis de Rutgers.

Son style artistique s’affine durant cette décennie, alors que sa peinture s’inspire du courant expressionniste abstrait. C’est au début des années 60 qu’il commence à représenter ses planches de bandes dessinées iconiques.

Il n’hésite pas à tester différents matériaux (porcelaine, céramique, bronze…) et techniques tout au long de sa carrière. Il imite notamment les points d’impression « ben-day » en utilisant une feuille d’acier perforée, technique qui deviendra une véritable signature pour l’artiste emblématique du pop art.

La carrière de l’artiste peintre prend ainsi ses racines dans les débuts de la société de consommation américaine, société que Roy Lichtenstein et bon nombre de ses pairs artistes ont vivement critiquée.

Le créateur de Look Mickey, I Can See the Whole Room... and There's Nobody in It !, Crying Girl ou encore Whaam ! meurt d’une pneumonie en 1997, à New York.

 

Ses influences

En se réappropriant la trame bon marché à travers ses peintures, Roy Lichtenstein a transformé des images visuellement commerciales et conçues pour être produites en masse, en des œuvres uniques pleines de valeur et de caractère.

La peinture rend à l’image originelle tout son caractère d’œuvre picturale, et dénonce en parallèle le consumérisme naissant dans l’Amérique des années 60.

D’ailleurs, chaque œuvre de Lichtenstein reflète non sans ironie l’« American Dream », le rêve américain tel qu’il est insufflé au monde. En effet, par opposition au pop art britannique qui demeure assez ironique, le pop art américain s’est construit en tant que satire et véritable critique de la société.

Roy Lichtenstein s’inscrit ainsi dans la lignée de ses contemporains Andy Warhol, Claes Oldenburg, James Rosenquist

Outre son professeur Sherman et l’artiste Allan Kaprow, Lichtenstein s’est largement inspiré de son mentor Reginald Marsh, mais aussi des peintres Pablo Picasso et Rembrandt. Ces derniers sont d’ailleurs à l’origine de l’attirance de Roy pour le cubisme et l’expressionnisme abstrait.

Si ses œuvres sont aussi diverses que variées, elles demeurent largement reconnaissables. Roy Lichtenstein aime réutiliser le principe de la B.D., avec leurs couleurs vives animant la lecture, leurs bulles de dialogues à l’allure très graphique et leurs points de trame typiques de l’impression de masse.

En parallèle, l’artiste s’est aussi essayé à la sculpture, et même à la réalisation de films.

 

Ses œuvres

  • Look Mickey

Look Mickey, terminé en 1961, est l’un des premiers tableaux de l’artiste peintre new-yorkais, inspiré par un défi lancé par son fils. Cette œuvre représentant Mickey Mouse et Donald Duck en train de pêcher constitue une transition entre les travaux expressionnistes abstraits et les œuvres pop art qui rendront Roy célèbre. C’est d’ailleurs le succès fulgurant de cette même toile qui le poussera à embrasser sa carrière de peintre et à renoncer à l’enseignement.

  • Whaam !

Datée de 1963, la large toile d’1 mètre 70 sur 40 mètres s’inspire directement d’une bande dessinée des années 1960 nommée All-American Comics. Elle représente un avion de combat tirant une roquette sur un autre avion ennemi. Dans son explosion représentée en jaune, on lit « Whaam ! ». Le jaune utilisé sur la toile est une peinture acrylique appelée Magna, et venait d’arriver sur le marché américain. Cette couleur ne jaunit bien sûr pas avec le temps, et a la particularité de sécher plus vite que d’autres types de peintures.

« Whaam ! » est un diptyque, c’est-à-dire qu’il est composé de deux panneaux. Celui de gauche semble ainsi tirer sur celui de droite.

Par ailleurs, tous les détails typiques de la bande dessinée sont présents : la bulle de dialogue avec un texte, les grandes lettres traduisant l’impact de l’explosion, les contours aux larges traits noirs…

  • In The Car

In The Car est un autre tableau iconique du peintre Lichtenstein. Cette bande dessinée romantique date elle aussi de 1963. On y voit un couple dans une voiture lancée à vive allure : la femme, au premier plan, regarde droit devant et est habillée d’un manteau à motif léopard. Derrière elle, au second plan, l’homme tient le volant et la regarde avec un sourire léger.

Le cadrage est volontairement très serré, afin de mettre en valeur les visages des personnages. La scène est racontée à travers les lignes droites et le jeu de regard, mais laisse au spectateur l’espace d’imaginer les dialogues.