Go up

This site uses cookies to improve your browsing experience. By browsing the site you agree to Our privacy policy.

Ok
Modigliani

Cet artiste peintre et sculpteur italien s'est particulièrement intéressé à la peinture de portraits et de nus. Ces tableaux étaient sobres, simples et très expressifs. Il fut souvent décrié du fait de ses créations et de son mode de vie, qui lui ont valu le surnom de "peintre maudit" de la bohème parisienne.


Biographie

 

Son enfance et ses débuts

Amedeo Clemente Modigliani naît le 12 juillet 1884 à Livourne (Sicile).
La santé de Modigliani est très fragile, il souffre d'une pleurésie en 1895 puis est atteint de la typhoïde en 1898. Il aurait commencé à dessiner après sa pleurésie et fit alors la demande de suivre des cours de dessin.
Il présente peu d'appétence pour l'école et aspire à devenir artiste. Sa mère le laisse quitter le lycée pour rejoindre l'académie des Beaux-Arts et Guglielmo Micheli en avril 1899. Modigliani découvre alors l'art du nu ainsi que des courants artistiques tels que la peinture italienne gothique, l'art toscan et la Renaissance.
Il retombe malade l'année suivante et part en 1901 faire un voyage de convalescence. Il fait de nombreuses découvertes, dont l'impressionnisme et l'expressionnisme, lors de ses séjours à Naples, Capri, Amalfi, Rome, Florence et Venise.
Il y visite des musées, des galeries d'arts ainsi que des églises. Cela le conforte dans l'idée de poursuivre dans cette voie. C'est aussi pendant cette période qu'il découvre l'art de la sculpture qui le passionnera jusqu'à la fin de sa vie.
En 1902, il s'inscrit à l’École libre de Nu au sein de l'académie des beaux-arts de Venise, rejoignant ainsi son ami Oscar Ghiglia. Ces trois années vénitiennes lui permettent de rencontrer Ortiz de Zarate, qui lui fait découvrir des artistes tels que Paul Cézanne et Toulouse-Lautrec et lui donne envie de partir pour Paris.


Les années parisiennes

A son arrivée, en janvier 1906, il s'installe à Montmartre, près du Bateau-Lavoir. Cette cité d'artistes est alors le lieu de créations pour peintres tels que Paul Gauguin, Pablo Picasso ou encore Diego Rivera. Modigliani réalisera le portrait des artistes qu'il y côtoie.
Son ami Léopold Zborowski l'aide à vendre quelques toiles, mais Modigliani n'arrive cependant pas à se sortir de la misère. De 1909 à 1914, grâce à son voisin Constantin Brancusi, il décide de se consacrer à la sculpture, mais cette expérience est, à l'époque, considérée comme un échec. Sa mauvaise santé et son manque de moyens l'obligent à renoncer. Il se remet à peindre en 1914.
En 1917 il rencontre celle qui deviendra sa femme, Jeanne Hébuterne. Il peint 25 portraits d'elle. Ces derniers sont aujourd'hui considérés comme les plus beaux de ses œuvres. La même année, il expose une série de tableaux de nus. Celle-ci fait scandale, en partie parce qu'il a représenté les toisons pubiennes des femmes. En 1918, il devient père et commence à rencontrer un certain succès, mais il est rattrapé par ses démons.
Modigliani meurt le 24 janvier 1920 à Paris d'une méningite tuberculeuse. Sa femme, alors enceinte, se suicide 2 jours plus tard.

 

L'art de Modigliani

En tant qu'artiste peintre, Modigliani s'est inspiré de différents courants dont l'expressionnisme, le fauvisme et le cubisme. En 1905, il s'en dégage pour créer son propre style, inspiré des arts primitifs et de l'art moderne.


La peinture

Amedeo Modigliani a essentiellement peint des nus et des portraits. Ses tableaux présentent peu de décor et une grande simplification grâce à des contours rapides et la présence de peu d'éléments.
S'il dessinait son projet sur une feuille, cet artiste appliquait ensuite directement ses aplats de couleurs sur sa toile. Celles-ci se limitaient à une palette de tons terre, bruns et rouge. Il ajoutait ensuite des traits fins et des traits accusés pour délimiter les surfaces.
L'inspiration de Sandro Botticelli et de sa recherche de la beauté idéale lui font peindre, à l'huile, des personnages selon des caractéristiques bien particulières : un cou allongé et un nez long, des yeux en amande, souvent asymétriques. Les yeux sont d'ailleurs souvent vides. Il ne les peignait que lorsqu'il estimait connaître l'âme de la personne. Son approche des volumes était influencée par sa pratique de la sculpture et par Cézanne, qui les travaillait par la couleur.
Pendant longtemps il a été dit qu'il peignait de manière impulsive, brouillonne et peu soignée, mais des études de ses tableaux ont montré qu'il était un artiste minutieux, maîtrisant parfaitement l'utilisation des couleurs.


La sculpture

Amedeo Modigliani a toujours considéré que la sculpture était son vrai métier. Il s'y est adonné de 1909 à 1914. Le prix de la pierre, sa santé fragile, ainsi que les critiques des artistes de son entourage, l'ont conduit à délaisser cet art au profit de la peinture. Estimant être un sculpteur syncrétique, son style rappelle à la fois le maniérisme de la Renaissance et des Arts Premiers. Il a réalisé des visages de femmes avec les mêmes caractéristiques que ses portraits : cous, visages et corps allongés. Il n'aurait réalisé que 30 sculptures, la majorité dans des blocs de calcaire récupérés sur des chantiers.


Ses œuvres majeures

  • Portrait de Jeanne Hébuterne (1919) : cette peinture appartenant au courant expressionniste représente sa femme, alors enceinte.
  • Nu couché (1917) : ce tableau d'une femme brune, nue et allongée est encore aujourd'hui censuré dans certains pays. La position du modèle et la représentation de sa toison pubienne étant considérées comme provocatrices.
  • Tête de femme (1912) : Cette sculpture est inspirée des arts primitifs, des masques africains, mais est également proche de l'esthétisme de Botticelli.

Amedeo Modigliani n'a pas été reconnu de son vivant et a souvent été décrit comme un peintre peu méticuleux et comme un alcoolique. Il faudra attendre plusieurs dizaines d'années pour que son génie d'artiste peintre et de sculpteur soit reconnu à sa juste valeur. Aujourd'hui ses tableaux se vendent pour plusieurs millions d'euros