Go up

This site uses cookies to improve your browsing experience. By browsing the site you agree to Our privacy policy.

Ok
Caravage

Considéré comme le père de la peinture moderne, Caravage est à l'origine du mouvement baroque. Malgré une mort prématurée, il mena une vie tumultueuse contrastant avec la plupart des thèmes de ses œuvres. Il laisse, en guise d'héritage, un courant artistique nommé d'après son nom : le caravagisme. Ce dernier a pour fondement le style très novateur pour l'époque de l'artiste peintre : un réalisme poussé à l'extrême et une maîtrise du clair-obscur


Biographie

 

Enfance et formation

Né le 29 septembre 1571 à Milan, Michelangelo Merisi da Caravaggio rejoint à 13 ans l'atelier de Simone Peterzano, maître du maniérisme. Sa formation y dure 4 ans durant lesquels il apprivoise différentes techniques de la fresque et de la peinture à l'huile. Il s'y découvre un fort intérêt pour l'art du portrait et de la nature morte. Cet apprentissage terminé, il repart dans la ville de son enfance, Carravagio, avant de rejoindre Rome en 1595.


Les années romaines

A Rome, il se lie d'amitié avec des artistes renommés : Lorenzo Siciliano, Prospero Orsi, pour ne citer qu'eux. Il devient proche de Giuseppe Cesari qui l'accueille dans son atelier. Celui-ci jouit alors d'une certaine notoriété notamment du fait qu'il est le peintre attitré du Pape Clément VIII. Caravage se retrouve chargé de décorer les toiles de Cesari, principalement en peignant des fleurs et des fruits.
Sous l'influence de Cesari et de son frère, Caravage découvre et prend goût au mode de vie non conventionnel de ces derniers. Il vit avec le peuple et fréquente les bas-fonds romains. C'est là qu'il aurait développé un côté sombre et violent qui se ressent dans ses tableaux extrêmement réalistes. Ils tranchent avec les traditions de l'esprit de la Renaissance et ont pour sujet des personnes du peuple. Caravage s'intéresse aux personnages en tant que tels et non en fonction de leur rang social. Mais cela n'empêche pas son talent d'être reconnu dès 1600. De nombreux tableaux lui sont alors commandés, notamment par des hommes puissants : le cardinal Francesco Maria del Monte ou le marquis Vicenzo Giustiniani. Contrastant avec son comportement violent et son goût pour les créations sanglantes, ces commandes sont souvent destinées aux églises, telle celle pour la chapelle Contarelli : Les toiles de la vie de Saint-Mathieu (1606). Il offre alors une nouvelle lecture des Saintes Écritures.


Le peintre assassin

Cette période de succès dure jusqu'en 1606. Cette année-là, il blesse mortellement Ranuccio Tomassoni lors d'un duel. Condamné à mort par le Pape, il fuit à Naples puis à Malte. Il y est emprisonné mais réussit à s'évader et à rejoindre la Sicile, puis enfin Naples en 1609. L'année suivante, il tente de rejoindre Rome, le Pape étant prêt à le gracier. Mais il décède à l’âge de 38 ans après un malaise dans le port de Porto Ercole. Ce décès fait suite à une infection due à une blessure causée par une bagarre quelques jours auparavant.


Ses œuvres les plus célèbres

Si ses premiers tableaux représentaient le plus souvent des portraits des gens du peuple et des natures mortes, Caravage s'est ensuite intéressé à la mythologie et aux épisodes de la Bible.
Ses toiles les plus reconnues sont :

  • Le garçon pelant un fruit (1598) : c'est l'une de ses premières œuvres connues. Elle ne comporte pas de symbole mais est une œuvre importante de par sa richesse chromatique et son réalisme.
  • Le jeune Bacchus malade (1593) : pour Caravage, Bacchus n'est pas un héros de la mythologie mais un jeune client d'auberge. Caravage se serait représenté dans ce personnage.
  • Judith et Holopherne (1598) : la peinture de cet épisode biblique se distingue par la représentation de la scène de crime, ce qui n'était habituel à cette époque.
  • David et Goliath (1599) : le tableau représente la victoire de David, un jeune homme, contre Goliath, un géant. Pour autant, aucun signe de triomphe n'est montré. Le visage de David est caché dans l'obscurité. Avec ses jeux de lumières Caravage met ici en avant l'action et non les personnages
  • Le crucifiement de Saint-Pierre (1600-1601) : commandée pour la chapelle de l'église Santa Maria del Popolo de Rome, cette toile représente Pierre crucifié la tête en bas. Le fond sombre et l'éclairage des personnages attirent, ici aussi, l'attention sur l'action ainsi que sur la souffrance de Pierre.


Le caravagisme

Ce courant pictural repose sur les techniques de peinture créées et utilisées par Caravage. Cet artiste peintre ne faisait pas de dessin préparatoire et se lançait directement sur la toile. Celles-ci étaient des toiles de chevalets c'est à dire des petits formats. Il a cependant également peint de grandes toiles, essentiellement pour des commandes destinées aux églises.
Caravage maîtrisait totalement les techniques dites de l'obscurité : le clair-obscur et le ténébrisme. Il est d'ailleurs le créateur de ce dernier. Pour travailler ces jeux de lumières, il peignait dans le noir, en éclairant ses toiles à l'aide de chandelles disposées d'un seul et même côté. Le contraste obtenu entre les zones sombres et celles éclairées permet de mettre en relief le sujet de la toile et l'action. Cette technique rend inutile l'utilisation d'un fond décoratif, celui-ci étant composé par les zones sombres. Les couleurs utilisées restent dans le tons chauds et conférent une certaine luminosité à l’œuvre. Le réalisme brutal et la sensualité de certaines de ses créations tranchent radicalement avec ce qui se faisait jusqu'alors.

De nombreux artistes peintres ont été influencés par son œuvre : Vèlasquez, Rubens, Rembrant, David… etc. Même si Caravage a eu beaucoup de succès de son vivant, il a également essuyé de nombreuses critiques. Il faudra ensuite attendre le début du XXème siècle pour que le talent de ce peintre révolutionnaire soit pleinement reconnu. Il est aujourd'hui exposé dans les plus grands musées du monde.